DERNIERS
ARTICLES
Article

Virtus.Pro : une stabilité exemplaire

Virtus.Pro c'est l'histoire d'anciens de Counter-Strike 1.6 qui ont rencontré un duo de jeunes talents pour former une équipe incontournable de la scène. Un mélange impeccable de skill et d'expérience qui sait toujours se sortir de mauvaises passes et remporter des événements au moment où on ne les attend pas forcément. Retour sur cette line-up qui, en quelques années, s'est forgée une réputation et qui possède une énorme fanbase.

Ce cinq là a été créé en octobre 2013 suite aux départs de Mariusz "Loord" Cybulski et Jakub "kuben" Gurczynski, mettant fin au Golden Five, une formation légendaire au palmarès impressionnant sur 1.6 qui a dominé la scène pendant des années. Les trois survivants, Wiktor "TaZ" Wojtas, Filip "NEO" Kubski et Jaroslaw "paszaBiceps" Jarzabkowski, intégraient alors Janusz "Snax" Pogorzelski et Pawel "byali" Bielinski en provenance de DELTA et GF Gaming, pour rejoindre la structure Universal Soldiers. Si les résultats n'étaient pas exceptionnels,  vous pourrez constater que cela va vite changer.

Résultats sous le tag Universal Soldiers :

3/4. EMS RC One Fall
2. Techlabs Cup
9/16. DH Winter 2013

Seulement deux mois après être arrivés chez Universal Soldiers, les Polonais quittent la structure car celle-ci ne pouvait plus subvenir à leurs besoins. Ils décident alors de jouer sous le célèbre tag AGAiN en attendant de trouver chaussure à leur pied. Ils rentrent tout de suite dans le vif du sujet en remportant les SLTV StarSeries VIII

Résultats sous le tag AGAiN :

1. SLTV StarSeries VIII

En début d'année 2014, l'organisation russe Virtus.Pro décide de parier sur l'équipe polonaise en la prenant sous son aile. C'est là que va commencer l'incroyable périple des cinq ogres d'Europe de l'Est. Ils vont commencer par remporter les IEM Katowice chez eux, devant un public entièrement acquis à leur cause, avant de tomber aux portes de la finale des Fragbite Masters 2, terminant à la troisième place. Ensuite, ce sera une succession de bons et de mauvais résultats qui attendra les Polonais.

Mais au final, ce qu'il faut retenir c'est que les numéros 1 de Pologne semblent jouer les ligues online pour s'entrainer mais sans vraiment se donner à fond. Ainsi, ils tâtent le terrain et sont prêts à mettre des headshots lors des grosses LAN. Si vous regardez les résultats ci-dessous, vous verrez qu'ils ont toujours fait fort lors des événements offline, surtout les majors et ceux qui offrent le plus de cash au vainqueur. C'est comme ça que TaZ et NEO sont les deux joueurs ayant touché le plus d'argent sur CS:GO depuis la sortie du jeu.

Résultats sous le tag Virtus.Pro :

1.

EMS Katowice 2014

5/8.

IEM San Jose

1.

ESEA XVIII

2.

CPH Games 2014

3/4.

GO:Champion League 2

3/4.

FACEIT League 2015

5/8.

Dreamhack Summer 2014

5/6.

IEM Katowice 2016

3/4.

Alienware Area51

1.

Gfinity 3

5/8.

MLG Columbus

5/6.

Gfinity Summer

3.

Game Show League

3/4.

CEVO S9

7/8.

FACEIT League 2015 2

6.

SLTV StarSeries XI

3/4.

ESL One Cologne 2016

5/6.

GO:Champion League

3.

ESWC 2014

13/16.

SL i-League 2

3/4.

ESL One Cologne 2015

3/4.

Dreamhack Winter 2014

2.

ESL One New York

1.

ESL ESEA Pro League Dubaï

1.

TaKeTV Invitational

5/8.

ELEAGUE 2

3.

Counter Pit League

3/4.

ESL One Katowice 2015

2.

ELEAGUE major

1.

Crown's Invitational

5/6.

SLTV StarSeries XII

7/8.

IEM Katowice 2017

1.

CEVO S8

7/8.

ESL Pro League

3.

Fragbite Masters 2

3/4.

FACEIT League 3

5/6.

CS:GO Championship Series

4.

SLTV StarSeries IX

7/8.

Dreamhack Leipzig

2.

Gfinity Spring 2

3.

ESEA XVI

3/4.

Counter Pit League 2

9/12.

Fragbite Masters 4

5/8.

ESL One Cologne 2014

5/8.

Dreamhack Malmö

3/4.

ESL ESEA Pro League

3/4.

Hitbox Arena 3

1.

SL i-League Invitational

1.

CEVO S7

3/4.

FACEIT League 2

1.

ELEAGUE

5/6.

Game Show League 2

3.

Fragbite Masters 3

1.

Dreamhack Bucarest

4.

Gaming Paradise

2.

ESEA XVII

2.

EPICENTER

3/4.

Gfinity Championship

4.

IOS Pantamera

3.

WESG

2.

PGL League

3.

Gfinity Spring

1.

Dreamhack Masters Las Vegas

5/8.

Dreamhack Cluj

1.

CPH Games 2015

 

 

 
Sur 65 événements offline depuis leur création, 89% de présence dans le top 5 !

Ce qu'on peut dire de cette équipe, c'est qu'elle a su travailler et se remettre en question afin de tutoyer les sommets, traversant les bons comme les mauvais moments de la meilleure des façons, en prenant du recul. Des débuts chez Universal Soldiers jusqu'au top niveau chez Virtus.Pro, ces cinq joueurs sont restés soudés et ont fait un travail conséquent sur eux-mêmes et sur leur façon de jouer, de manière à évoluer et atteindre le niveau qu'on leur connait aujourd'hui. Les Polonais sont de vrais bosseurs et ça se ressent à chaque compétition importante. Car à chaque fois le constat est le même : la formation ne fait plus de résultats pendant quelque temps et le major d'après on la retrouve dans le dernier carré, déjouant les pronostics et infligeants de lourdes défaites à ses concurrents.

Là où nombreuses seraient les équipes à changer de joueur à chaque mésaventure, les Polonais ne font aucun changement. Cette habitude n'est pas récente pour NEO & Co. En effet, ils nous avaient déjà habitués à ça sur 1.6 quand le Golden Five était aussi une preuve de stabilité puisque ce cinq magique avait perduré, remportant ainsi quasiment toutes les compétitions sur l'ancien opus pendant une longue période malgré une grosse concurrence. Aujourd'hui, Astralis, SK Gaming, Natus Vincere et bien d'autres se battent pour la première place mais on n'a trop souvent tendance à oublier que Virtus.Pro attend sagement et que elle aussi peut terminer sur la plus haute marche.


Le public polonais est impressionnant

Cette faculté à toujours savoir comment renverser la vapeur et cette stabilité exemplaire sont peut être à l'origine de l'engouement qu'a le public pour le géant polonais. Car, qu'on apprécie ou pas cette formation, il faut reconnaître qu'elle a une énorme fanbase. Cela vient certainement aussi des caractères bien différents des joueurs et de leurs qualités distinctes.

Là où NEO est réputé pour être une légende et certainement le meilleur joueur de tous les temps, TaZ impose le respect par son fair play hors du commun : on se souvient tous de la demi-finale perdue face à fnatic lors de l'ESL One Cologne, où le public polonais sifflait l'équipe suédoise au moment de l'interview de Olof "olofmeister" Kajbjer. TaZ était alors intervenu pour prendre le micro et demander au public de respecter les Suédois et leur belle victoire méritée. Il y a aussi pasha qui a changé son pseudo en "paszaBiceps" et qui est devenu une icône grâce à son imposante musculature, sa sympathie et son humour (227 302 followers).

Le jeune byali, bien que moins mis en avant, sait aussi satisfaire la foule et sortir son équipe de situations perdues d'avance. Quant à Snax, leader de l'équipe, outre sa sympathie, il nous offre également de superbes performances individuelles et une intelligence de jeu rare.


Snax, une intelligence de jeu hors du commun

D'après le site eSports earnings, la structure a récolté 2 270 454 $ grâce à ses équipes CS:GO dont 2 236 097 $ avec cette line-up. Elle se place donc en première position devant fnatic (2 051 023 $) et EnVyUs (1 776 446 $). Cela expliquerait l'amour que porte Anton Cherepennikov, CEO de Virtus.Pro, à ses cinq joueurs. En effet, il a été le premier à offrir à une formation des contrats d'une durée de quatre ans et des salaires de 25 000 $ par mois. Il a aussi récemment acheté une Mercedes classe E à TaZ pour le remercier d'être à ses côtés depuis tant d'années.

Pour conclure, Virtus.Pro c'est de la stabilité, du travail et des personnalités attachantes. Si fnatic a dominé la scène pendant plusieurs mois de fin 2015 à avril 2016, puis SK de juin à novembre 2016, c'est VP qui s'impose comme le seul "cinq" à savoir gagner sur le long terme. Bravo !

SOCIAL