Entrez votre adresse email pour créer un compte ou remplissez le formulaire pour vous connecter sur Flickshot.

Login

Recuperation mot de passe


Register

Ou connectez-vous avez Steam ou Twitter

Connectez-vous à Flickshot pour donner votre avis.

Continuer avec Google Continuer avec Steam

S'inscrire ou se connecter avec un email

Pour utiliser Flickshot, vous devez avoir les cookies activés. Nous ne publierons jamais sur Twitter ou Steam sans votre permission.

Partager
Dimanche 17 décembre 2017 21:07

La ROCCAT Kone AIMO, le style et la précision

Alors que Noël arrive, nous avons décidé de vous présenter des périphériques de notre partenaire ROCCAT pour vous donner une idée des produits en vogue actuellement chez la marque allemande. 

Pour vous expliquer le contexte, au lieu de faire "bêtement" la promotion de leurs produits, ROCCAT a envoyé clavier, casque, tapis et souris à divers membres du staff pour directement les tester en jeu. Nous n'avons aucune obligation de dire du bien ou du mal de ROCCAT, simplement de vous partager notre expérience avec le périphérique en main.

Pour ma part, je vais vous présenter la souris ROCCAT Kone AIMO ainsi que le tapis ROCCAT Taito, logique d'associer ces deux accessoires complémentaires. 

Pour mettre en perspective, j'ai eu l'occasion au fil des années de tester de nombreuses souris. Je jouais jusqu'à présent depuis très longtemps avec une SteelSeries Sensei après avoir joué avec la même souris en version RAW, avant cela j'ai également longtemps utilisé la Logitech MX518 puis G400. Entre temps, j'ai également testé par curiosité et/ou opportunité la Razer Diamondback Chroma et Copperhead (Ex6TenZ l'utilisait et en bon fan que j'étais...), la Microsoft intellimouse 3.0 (cette fois fan d'RpK...) et la Zowie ZA13.

Cette souris est donc la première ROCCAT que j'utilise même si j'ai déjà eu de nombreux produits autres de la marque comme des tapis de souris et claviers.

La ROCCAT Kone AIMO

Sortie en 2007, la ROCCAT Kone est le premier produit ROCCAT, définissant alors un nouveau standard et restant longtemps le produit phare de l'entreprise teutonne. Après la Kone[+], la Kone XTD et plus récemment la Kone Pure, la tradition continue et c'est donc 10 ans après la souris originale que le modèle Kone AIMO pointe le bout de son nez.

Pour ce test j'ai utilisé la souris tous les jours pendant environ 2 semaines avec 800 dpi en usage classique et en jeu sur CS:GO et surtout PUBG. La prise en main était compliquée les trois ou quatre premiers jours. N'ayant pas une très grande main et ayant l'habitude d'une Sensei assez neutre et plus petite, le changement n'a pas été immédiat. Après quelques jours d'utilisation, la forme de la souris est en réalité agréable et la texture plastique est convaincante même si l'aspect plus métallique de la Sensei me manque clairement. Au premier abord, la souris est robuste, précise et plutôt jolie.

Les 12 boutons, théoriquement 23.

Techniquement, la bête est à la pointe avec le capteur optique Own-Eye très réactif et qui gère des dpi réglables de 100 à 12 000, rien que ça. Vous pouvez également avoir la souris en 125, 250, 500 ou même 1000 Hz pour une meilleure réactivité. La souris possède 12 boutons, les classiques clics droit et gauche, la rotation haute et basse de la molette et le clic molette central. Ensuite vous avez deux clics molette latérale (on pouce la molette à droite ou gauche de son axe), deux boutons en dessous de la molette avec un + et un - qui servent de base à augmenter ou baisser les dpi et enfin 2 boutons latéraux pour votre pouce. 

Si vous n'en comptez que onze, c'est parce que j'ai volontairement écarté le bouton inférieur au niveau du pouce doté de la technologie Easy-Shift[+]. En cliquant sur ce bouton, vous changez le rôle des autres boutons et vous pouvez assigner n'importe quelle autre action à ces boutons. 

Autrement dit, pour vous expliquer plus clairement, je l'utilise par exemple pour augmenter ou baisser le son avec la molette, changer de chanson sur spotify et mettre pause ou lecture avec les boutons de la molette, muter mon micro ou me rendre sourd sur teamspeak avec les boutons latéraux, aller tout en haut ou tout en bas d'une page avec les boutons + et - ou même ouvrir un nouvel onglet ou fenêtre dans mon navigateur.  Toutes ces actions se font donc indépendamment du reste en un simple clic une fois le bouton Easy-Shift[+] maintenu. Cette feature très gadget sur le papier est en réalité très pratique et un gain de temps assez important une fois mémorisé.

Passons maintenant au dernier point qui attire notre attention : le design. J'ai décidé de le traiter en dernier, car ce n'est pas quelque chose de principal dans une souris à mon sens. Maintenant il faut avouer que la ROCCAT Kone AIMO est plutôt jolie et le logiciel ROCCAT Swarm permet une customisation totale et indépendante de l'engin. Vous pouvez d'ailleurs voir que j'ai utilisé les couleurs de Flickshot dans la photo plus haut. 

La molette et les deux grosses parties lumineuses sur les côtés peuvent avoir des couleurs fixes quand les bandes fines longeant la souris peuvent avoir des dégradés. Là encore, tout est entièrement modifiable et personnalisable. Il est également possible d'utiliser les modes disponibles dans le Swarm comme la technologie AIMO qui harmonisent vos périphériques ROCCAT,  la fameuse vague de couleur, le serpent, le battement de coeur, et bien d'autres. Je vous conseille de regarder cette austère vidéo d'un utilisateur qui teste divers modes en live.

Le ROCCAT Taito

Place maintenant au ROCCAT Taito, le tapis de souris phare de la marque. J'ai par le passé utilisé le ROCCAT Sense qui était super stylé avant de passer au Taito première génération (pour l'anecdote j'ai longtemps joué avec ce tapis après avoir entendu qu'il était le favori d'RpK... ) et plus récemment un Steelseries QcK+. 

C'est donc un retour chez ROCCAT pour moi et c'est le modèle King-Size (455mm x 370mm) que j'ai utilisé pour ce test. Quatre tailles sont disponibles y compris un modèle XXL-Wide de 900 mm x 330 mm qui donne particulièrement envie. 

Concernant le tapis, tout d'abord la finition est parfaite, très agréable au touché, je dirais même légèrement plus agréable que le QcK+. Il est également légèrement plus épais que ce dernier, ce qui n'est pas pour déplaire, donnant une certaine robustesse tout en restant très souple, idéal donc pour les déplacements en lan par exemple. Le revers antidérapant adhérent et antiglisse a été amélioré et possède un bleu électrique ROCCAT très agréable, un petit plus non négligeable. 

Mon avis final :

Aucun doute concernant le ROCCAT Taito, la qualité est au rendez-vous et vous ne serez pas déçu de cet investissement. Concernant la souris ROCCAT Kone AIMO, j'étais plutôt septique au début, le passage vers une texture plus plastique et un modèle un peu plus gros et lourd étant deux facteurs plutôt négatifs de mon point de vue. Mais force est de constater qu'après les quelques jours d'adaptation, je suis parfaitement convaincu par ce modèle. 

La forme de la souris est très agréable et le bouton Easy-Shift[+] me fait gagner tellement de temps qu'ils n'est pour l'heure pas envisageable de retourner vers ma Sensei. La souris glisse parfaitement bien sur le Taito et je n'ai eu aucun décrochage en deux semaines d'utilisation. Petit point noir si vous êtes gauchers, passez votre chemin, cette souris est faite pour les droitiers.

La ROCCAT Kone AIMO est disponible pour 79,99€ en blanc, gris et noir. Plus d'informations sur ce produit par ici.
Le ROCCAT Taito est lui disponible pour 17,80 € en suivant ce lien. Plus d'informations sur ce produit par ici.


neL

Créateur de flickshot.fr, journaliste et rédacteur CS depuis 2012. Fan de l'OL et amateur de MMA.