Entrez votre adresse email pour créer un compte ou remplissez le formulaire pour vous connecter sur Flickshot.

Login

Register

Ou connectez-vous avez Steam ou Twitter

Connectez-vous à Flickshot pour donner votre avis.

Continuer avec Google Continuer avec Steam

S'inscrire ou se connecter avec un email

Pour utiliser Flickshot, vous devez avoir les cookies activés. Nous ne publierons jamais sur Twitter ou Steam sans votre permission.

Partager
Vendredi 12 janvier 2018 12:59

ELEAGUE Major : Preview du Challenger Stage

Nouvelle année, nouvelles résolutions, et chez Valve aussi, puisque le circuit Major de 2018 change légèrement son format et incorpore au sein du prestigieux tournoi la phase de qualification offline. Renommée en Challengers stage, cette étape de la compétition verra seize équipes tenter de sortir de la masse et, pour huit d’entre elles, de rejoindre les huit “Légendes” du dernier Major dans la deuxième phase. Le principal changement reste d’ordre pécuniaire, puisque les équipes participant au Challengers Stage possèdent dorénavant leurs stickers. En soi, le format ne change pas, et les seules différences sont le nom et le rapprochement de cette phase, en termes de planning, avec le reste du tournoi. Celle-ci se déroulera notamment à Atlanta et non pas à Boston.

Le format reprend donc la ronde suisse utilisée pour les qualifiers du Major depuis l’ESL One Cologne 2016. Avec seize équipes, il va donc falloir se préparer à trente-trois Bo1 étalés sur quatre jours de compétition. Format en tête, il est temps de jeter un oeil aux participants de cette première étape. Si les équipes sont revues plus en détail dans nos autres previews, l’on s’intéressera ici principalement aux rapports de force dans cette première ronde suisse. Quatre groupes se dessinent.

Les Favoris: “En théorie, une formalité”

 FaZe Clan : rain, Karrigan, NiKo, GuardiaN, olofmeister
 G2 Esports : shox, bodyy, NBK, kennyS, apEX
 Cloud9 : skadoodle, Stewie2k, autimatic, RUSH, tarik⁠ 

Nous retrouvons tout d'abord trois équipes pour qui la qualification devrait être relativement aisée. Si FaZe a notoirement échoué au major précédent, leurs changements de joueurs après celui-ci et la domination qu’ils ont pu afficher sur toutes les autres équipes de la scène à l’exception de SK Gaming durant les derniers mois sont tout autant de raisons qui rendent virtuellement impossible leur élimination à ce stade. 

G2 Esports et Cloud9 ne peuvent prétendre à la même aisance, n’affichant ni la puissance de feu équivalente, ni une forme aussi élevée que FaZe. La différence avec cette dernière équipe ne doit cependant pas déformer la perspective globale, et ces deux équipes se tiennent au-dessus du reste de la compétition pour cette première ronde suisse. Les joueurs français sont en terrain connu au major, même le jeune bodyy qui en est déjà à son quatrième. Malgré leurs résultats mitigés récemment, ils seront difficilement touchables. Les Américains de Cloud9 sont eux dans une très bonne forme depuis le remplacement de n0thing et shroud, avec de solides résultats en LAN, où le principal adversaire ayant empêché leur progression fut FaZe, ce qui en soit n’est pas le plus honteux des némésis.

Si quelques équipes sont capables d’accrocher ces deux formations, aucune ne possède leur expérience en tournois prestigieux, et peu peuvent se targuer d’aligner des joueurs de leur calibre. En toute logique, l’on devrait voir ces deux formations gagner leur ticket pour la phase suivante aux côtés de FaZe.

Les Réguliers: “Vétérans, mais pas tiré d’affaire”

 EnVyUs : Happy, SIXER, RpK, xms, ScreaM
 Natus Vincere : Edward, flamie, s1mple, Zeus, electronic
 FlipSid3 Tactics : B1ad3, WorldEdit, wayLander, markeloff, seized
United States⁠ ⁠Team Liquid : nitr0, EliGE, jdm64, Twistzz, Zews
 mousesports : chrisJ, oskar, ropz, suNny, STYKO⁠ 

Commençons par le plus évident,  si Team Liquid n’avait pas dû remplacer steel par leur coach Zews, on parlerait potentiellement de favoris. Malheureusement, les règles de remplacement font que Liquid jouera effectivement dans des conditions sous-optimales et rend leur parcours beaucoup plus ardu.

Avec ce revers de fortune, cela positionne Team Liquid au même niveau que les autres équipes présentes dans ce groupe. Toutes possèdent définitivement les capacités de se qualifier, à condition que leurs stars soient présentes en forme, et qu’ils jaugent correctement leurs adversaires au fil de la ronde suisse. Pour ces équipes, chaque match doit être approché très sérieusement, car la marge de manoeuvre est relativement petite. Même avec leur expérience en Major, combinée au fait que l’on trouve chez chacune des joueurs de renom, solides, une défaite contre un outsider ou un parcours jalonné d’équipes puissantes peut vite faire s’envoler une qualification qui semblait acquise. 

Considérons le cas EnVyUs - Space Soldiers, détaillé plus loin. Une rencontre entre ces deux équipes en derniers rounds de la ronde suisse, à 1-2 ou à 2-2, serait une situation extrêmement complexe pour EnVyUs, qui pourrait sinon se qualifier convenablement contre une équipe avec laquelle ils seraient plus à l'aise.

Dans ce domaine,  Natus Vincere et les Mousesports semblent les plus tranquilles, même si leurs performances ont grandement varié  ces derniers temps. En effet ces deux équipes ont été capables d'aligner quelques belles performances, mais combinées à des résultats plus problématiques.

La seule véritable exception du groupe reste Flipsid3 Tactics. L’équipe russophone de B1ad3 reste à ce jour unique en son genre, n’apparaissant que très peu en dehors des majors, mais parvenant toujours à se qualifier, voir à accéder au statut de légende, à l’encontre de tout pronostic, comme ce fut le cas à l’ESL One Cologne 2016. B1ad3 possède ce pouvoir, cette capacité à conduire cette équipe, toujours changeante, à une place au sein du major. A l’exception de la DreamHack Winter 2014, le leader ukrainien a ainsi participé à tous les majors depuis l’ESL One Cologne 2014, alors avec dAT Team, et a emmené neuf joueurs différents avec lui, sous les couleurs de dAT et de FlipSid3. Ils ont peut être perdu leur joueur star electronic, mais la constante, au fil de toutes ces qualifications,  a toujours été B1ad3.

Les Outsiders: “Objectif créer la surprise”

 Space Soldiers : XANTARES, ngiN, paz, MAJ3R, Calyx
 Misfits : sgares, SicK, ShahZaM, amanek, devoduvek
 Renegades : AZR, jks, USTILO, Nifty, NAF
 Sprout : denis, kRYSTAL, Spiidi, zehN, innocent
 Vega Squadron : jR, Mir, keshandr, hutji, chopper⁠ 

Ce Major et cette étape en particulier devrait être intéressant pour et à cause des équipes de cette catégorie. En effet, les escouades les plus dangereuses ici ne seront pas forcément les plus expérimentées. Sprout a perdu une large part de sa puissance de feu après le précédent Major, et Vega Squadron n’ont jamais été réellement convaincants en LAN, leur plus grande prouesse restant leur qualification à l’édition précédente. Ils devront se montrer sous leur meilleur jour s’ils veulent réitérer leur qualification.

En revanche, il s’agit de la première participation au Grand Slam de CounterStrike pour Misfits et Space Soldiers. Si les Turcs possèdent déjà une réputation dans le deuxième tier de la scène européenne, notamment grâce à leurs prodiges xANTARES et Calyx, les Américains (et Français) de Misfits ont complètement créé la surprise et se posent en réel outsider capable d’enchainer et de continuer à surfer sur leur élan actuel. Ces deux équipes ont déjà prouvé qu’elles pouvaient accrocher plus haut qu’elles, et de façon décisive, comme Space Soldiers le rappelle régulièrement en battant EnVyUs dans une grande majorité de leurs rencontres. Pour ces équipes, le principal défaut sera leur manque d’expérience, qui pourrait mener à ce que des vétérans de la scène leur subtilisent une victoire in extremis au terme d’une map mentalement éprouvante.

Légèrement à part, Renegades n’en est pas à son premier major, mais cela remonte à Cologne 2015, et beaucoup de joueurs ont changé depuis. Cela ne fait certainement pas d’eux une équipe à prendre à la légère, comme ils ont pu le montrer aux iBP Masters 2017 ou au StarLadder i-League Invitational il y’a quelques mois en Chine. Ni réellement vétérans, ni complètement débutants, ils ont tout de même leurs chances de réussir cette première étape, à la faveur d’un tirage favorable.

Les Sparring Partners : “Participer c’est déjà bien”

 Quantum Bellator Fire : balbina, Kvik, jmqa, waterfallZ, Boombl4
 AVANGAR : buster, KrizzeN, Qikert, dimasick, jame
 Flash Gaming : LOVEYY, AttackeR, kaze, fancy1, Karsa⁠ 

Sans grande surprise, on retrouve dans cette dernière catégorie, et la plus faible en théorie, trois équipes provenant des Minors et notamment des régions Asie et CIS. Le système Minor a souvent été décrié au sujet des deux spots au qualifier — dorénavant le “Challengers Stage” — qu’il garantit à toutes les régions, de l’Europe à l’Asie, sans prendre en compte le niveau des régions respectives. C’est ainsi qu’AVANGAR, Quantum Bellator Fire, et Flash Gaming (qui remplace TyLoo) participeront au premier Major de 2018 alors que des équipes telles que Ninjas in Pyjamas ou OpTic sont absentes, tombées lors du processus de qualification intense de la région la plus difficile. 

Même si cela fournit à ces équipes une excellente opportunité de se mesurer à des adversaires beaucoup plus retors que d’habitude, il ne faut pas se faire d’illusions, et gagner plus d’un match, à moins de tomber l’une contre l’autre, serait déjà au-delà de leurs attentes.


Ragnarork