Entrez votre adresse email pour créer un compte ou remplissez le formulaire pour vous connecter sur Flickshot.

Login

Register

Ou connectez-vous avez Steam ou Twitter

Connectez-vous à Flickshot pour donner votre avis.

Continuer avec Google Continuer avec Steam

S'inscrire ou se connecter avec un email

Pour utiliser Flickshot, vous devez avoir les cookies activés. Nous ne publierons jamais sur Twitter ou Steam sans votre permission.

Partager
Dimanche 24 septembre 2017 21:21

Rencontre avec les parents de shox

Cela fait maintenant plusieurs années qu'une idée un peu spéciale trainait dans notre tête, nous souhaitions en effet discuter avec les parents d'un joueur pour avoir leur point de vue bien spécifique et le regard qu'ils portent sur l'esport et Counter-Strike en particulier. Nous sommes donc allés à la rencontre des parents de Richard "shox" Papillon pour avoir une vision plus personnelle et passionnelle de sa carrière de joueur et de son évolution au fil du temps.

Nous rencontrons donc son père, plus connu sous le pseudo CraZyMarvelous sur twitter, et de sa mère kahlan qui est également intervenue pour donner un second point de vue. Un grand merci à eux pour leur attention et le temps qu'ils nous ont accordé et bien évidemment à Richard qui nous a autorisé à mener à bien cette entrevue. Enjoy !

Bonjour CraZyMarvelous, tu es le père d’un joueur bien connu de la scène française et internationale, Richard Papillon, plus connu sous le pseudo shox. Merci de nous accorder cette interview, pourrais-tu te présenter rapidement pour nos lecteurs ?

Marié et papa de trois enfants et jeune grand Pa également à 57 ans, je travaille dans le département Risque d’une banque d’affaires ce qui peut paraitre assez éloigné des jeux vidéo. D’un tempérament d’éternel optimiste j’aime ce grain de folie qui m’accompagne au quotidien, ce n’est pas pour rien que j’ai choisi CrazyMarvelous comme pseudo sur Twitter il me correspond très bien, un brin de folie un brin de provoc, comme mon premier pseudo de jeu NiceCrazy. Mes passions ? Le jeu vidéo, la pêche et les séries télé, mais au premier plan, ma fratrie, car la famille est ma raison d’être. 

Quel est ton rapport avec le jeu vidéo en général ? Es-tu toi-même un “gamer” ?

J’ai toujours été un joueur dans l’âme depuis tout petit et le jeu vidéo m’a fasciné dès son apparition sur les consoles, mais c’est sur PC que je me suis totalement éclaté avec la découverte de la série des Age of Empires et notamment le plus emblématique Age of Conqueror (j’y joue encore de temps en temps d’ailleurs). J’ai eu ma période geek avec ce jeu et Age of Conan (le plus fantastique des MMO pour moi) où je me laissais entrainer au bout de la nuit avec les copains. Je suis plus calme maintenant même si je joue encore en mode casual (Total gosh Recon , The Division, SWTOR, Fifa17, GW2, Elder Scroll Online). En fait je ne trouve pas le MMO qui me fasse vibrer comme avant, et puis je passe beaucoup de temps à regarder… CSGO.

Quand tu vois l’esport aujourd’hui, si tu avais 20 ans de moins, essayerais-tu de devenir pro gamer ?

Merci c’est gentil de parler de 20 ans de moins mais tu voulais sans doute dire 40 hahahaha. C’est forcément quelque chose qui m’aurait trotté dans la tête, mais il faut rester lucide, aimer jouer ne veut pas dire être capable d’évoluer au haut niveau. Cela nécessite beaucoup d’investissement et de travail, et il faut être doué, car ce ne sont pas les heures de jeu qui font le talent, les heures de jeu polissent le diamant, mais ne transforme pas le plomb en or contrairement à ce que pensent certains dans les forums. Je tire mon chapeau à tous ces gamins qui avaient l’amour du jeu et qui se sont acharnés sur leur passion pour réussir. Ils ont cru en leur passion. Des jeunes qui s’investissent maintenant auront forcément moins de mérite parce qu’ils se lancent dans quelque chose qui marche et qui s’envole, ils n’auront jamais le mérite des pionniers qui ont tout donné sans savoir où cela pouvait les mener même en cas de réussite.

#G2ARMY jusqu'au bout

As-tu un lien quelconque avec la découverte par Richard des jeux vidéo ou de CS en particulier ?

Pour les jeux vidéo en général oui forcément puisque le jeu faisait partie intégrante de la vie familiale et que lorsqu’il est né il y avait déjà des consoles à la maison. Pour CS en particulier non je n’y suis pour rien, c’est clairement son frère qui lui a fait découvrir ce jeu. Moi lorsque j’avais essayé Duke Nukem ça me donnait envie de vomir, je ne supportais pas les mouvements à l’écran alors j’évitais tous ces types de jeu.  

Que penses-tu de Counter Strike en tant que jeu, as-tu tout de suite compris le principe et le potentiel, ou as-tu trouvé cela violent et éventuellement négatif pour ton fils ?

Je ne fais pas partie de ces gens qui pensent qu’un jeu vidéo peut rendre violent, ce genre de raisonnement m’énerve au plus haut point d’ailleurs. Cela n’a aucun sens de penser cela et de ne rien dire sur toutes les séries ou films ultra violents et/ou malsains qui fleurissent partout. Pour moi c’était un jeu comme un autre, comme une partie de foot où le but est de marquer plus que l’autre et basta.

Pourquoi cela aurait-il été négatif ? Restons raisonnable c’est un JEU, ce n’est pas par le jeu que mes enfants ont construit leurs valeurs et leur notion du bien et du mal mais par leur éducation. La maman de Richard était plus réservée avec la notion de terroriste et de bombe à poser, alors pour faire passer la pilule je lui disais que Richard jouait toujours CT (mdr).

Concernant le potentiel, non clairement je ne le voyais pas au début et d’ailleurs personne ne le voyait il faut être honnête.

Comment as-tu géré l’aspect scolaire, personnel et familial quand Richard a commencé à passer du temps sur le jeu ? Avez-vous alors senti un potentiel ou quelque chose de spécial en lui il y a maintenant plus de dix ans ?

La règle a toujours été claire à la maison, tant que les résultats scolaires sont bons les consoles et le PC sont accessibles. Maman shox surveillait cela de très très près et pas question pour moi de lui donner tort.

Le plus dur était la gestion du partage du temps de jeu sur l’ordi puisque nous n’avions qu’un seul ordi et plusieurs joueurs acharnés. Cela amenait parfois des tensions entre les deux frères et entre les enfants et le père (mdr). Mais de mémoire 22h était la limite ultime pour le grand frère (sinon je n’aurais jamais pu jouer).

Lorsque Richard s’est investi dans CS et avec le début des lans oui j’ai compris qu’il avait un potentiel certain, c’est d’ailleurs la seule raison qui a fait que je l’ai aidé dans les déplacements en lan, dans les autorisations sur le PC (le grand frère n’appréciait pas trop les matchs officiels du soir qui le privaient de son tour, alors il fallait négocier le temps de jeu du lendemain), dans la souplesse de la gestion étude/CS. Si je n’avais pas senti ce potentiel, je ne l’aurai pas poussé à s’investir dans cette passion.

Maman shox : J’avais donné une condition : qu’il poursuive ses études jusque Bac +2, car je voulais m’assurer qu’il ait un minimum de bagage au cas où le jeu ne lui permettrait pas de gagner sa vie. Ceci dit au fur et à mesure de ses compétitions et de sa notoriété, j’ai vraiment assimilé le fait qu’il avait un don pour le jeu, alors j’ai espéré qu’il puisse vivre de sa passion.

Richard a la particularité d’avoir commencé à jouer très jeune à CS et d’avoir un rôle dans le côté compétitif très tôt, devant donc se déplacer aux quatre coins de la France. Comment as-tu géré ce début “d’addiction” et ces déplacements en “lan” ?

J’ai géré avec ma voiture et mon temps de sommeil (mdr). Plus d’une fois j’allais le récupérer à la descente du train ou du car dans la nuit du dimanche au lundi. Lorsque la Lan était sur Paris ou en proche banlieue je l’emmenais et j’allais me balader en attendant la fin du tournoi. Et lorsqu’il fallait emmener l’ordi familial il fallait négocier avec le reste de la famille l’absence du PC à la maison pendant le week-end.

Maman shox : Plusieurs fois je l’ai traité de fou et pesté contre son manque de sommeil !! (lol) Et concernant les négociations, ils avaient de la chance qu’à l’époque je ne jouais pas sur le PC ! Maintenant c’est différent Monsieur est tranquille sur son PC et moi sur ma tablette.

shox à l'un de ses premiers events

Rapidement, il apparaît que Richard a “un petit plus” et se trouve dans les meilleurs joueurs du pays malgré son jeune âge. L’as-tu aidé dans ses choix d’équipes ou encore à gérer la pression alors qu’il n’avait que 15 ans ?

Richard a toujours géré tout seul le choix de ses équipes, par contre lorsqu’il a été question de contrat je voulais toujours les voir, ceci afin de le protéger, car je n’avais aucune confiance dans les structures. Lorsqu’un monde d’adulte veut faire signer un contrat à un môme, il est nécessaire d’être vigilant. Je les ai tous vus et je lui disais ce que j’en pensais, sauf celui de G2 mais c’est normal ce n’est plus un gamin maintenant, et il sait très bien que si il a besoin de mon avis je suis là pour lui.

Concernant la pression, pas besoin de gestion il a toujours été quasi imperméable à la pression, ou alors il sait la transformer en rage de vaincre.   

Malgré sa présence dans une top team française, je me souviens que ses anciens coéquipiers disaient alors vouloir continuer de jouer avec lui, même s’il devait arrêter de jouer tôt en soirée, y a-t’il eu des tensions à la maison à ses débuts ?

Des tensions, oui parfois mais parce qu’avec un seul ordi il faut bien faire des concessions. Au-delà des études et d’une vie la plus saine possible (si tu laisses faire un gosse, il ne se limitera pas en heure de jeu), il y a aussi une famille, un frère et une sœur qui ont aussi le droit d’utiliser l’ordi et donc la notion de partage. Mais Richard a toujours respecté cela. Mais il est vrai que notre rigueur sur les horaires du soir l’ont bridé dans certaines expériences, il me semble que c’est la raison de l’arrêt de son expérience sur 1.6 car l’équipe demandait beaucoup plus que ce que nous étions prêts à accepter. Mais pour le reste il était tellement fort que c’est l’équipe qui acceptait nos contraintes au final pour le garder (lol).

Rapidement, il se lie d’amitié avec Eddy (SmithZz), quelle a été l’importance de cette amitié sur la carrière de Richard ? Quel rapport avez-vous avec lui ?

Yo le noob je te vois venir avec ta question (mdr). Alors soyons clair et pas langue de bois Eddy a eu des passages difficiles dans son niveau de jeu mais c’est un gars qui a une énorme science du jeu et qui sait se sacrifier pour l’équipe et apporter sa contribution à l’harmonie du groupe. Ces qualités-là aucun autre sniper français ne les a et je ne suis pas persuadé que le changer aurait amélioré les choses à une certaine époque.

Binôme de chambrée des rigolades et des moments difficiles, un compagnon de route idéal pour le déplacement en Lan, à condition de ne pas prendre le même avion que lui !! Ça c’est risqué pour ton confort de voyage ou tes bagages ! J’aime bien Eddy, c’est un gars bien et attachant, je le côtoie peu si ce n’est au travers de Richard mais j’ai essayé de le soutenir souvent par des petits messages perso dans les périodes moments difficiles.

 Dans la même veine, quel rapport as-tu eu avec Jérôme (NiaK) durant toutes ces années où il a managé ton fils, de l’époque où il était mineur à aujourd’hui ?

Je n’avais aucun contact avec Jérôme au début, cela a commencé à l’époque Titan de mémoire quand Jérôme m’appelait de temps en temps pour me demander de réveiller Richard pour l’entrainement (mdr), … après il fallait réveiller Scream (lol). On se fait des clins d’œil par tweet mais pas de lien régulier, par manque de temps ce qui est dommage. Je lui avais promis une séance barbecue champagne avec l’équipe le jour où G2 serait 1er au ranking mondial à l’époque G2 V1, cette promesse tient toujours…

Shox & SmithZz, un duo inséparable

A l’époque, l’eSport était beaucoup moins développé et CSS était bien en dessous de CS 1.6. Cependant, en rejoignant VeryGames en 2009, Richard commence à toucher un micro salaire, des récompenses en gagnant les événements, voyage pour des compétitions européennes. Comment as-tu abordé cette période où il ne faisait pas que jouer, mais où il gagnait des compétitions et de l’argent ?

Il faut remettre les choses à leur place, à mes yeux il ne touchait pas un micro salaire, il recevait de l’argent de poche… il récupérait d’ailleurs plus (et faisait le bonheur des présents aux Lans) en revendant à prix bradé les casques, claviers, souris, processeur, tour etc… qu’il gagnait. Je n’appelle pas cela gagner sa vie, mais arrondir les fins de mois. Je trouvais d’ailleurs qu’il y avait un gouffre entre ce que demandaient les structures en termes de comportement et d’investissement et la contrepartie financière qu’ils donnaient aux gamins. Les structures voulaient des professionnels, mais les payaient avec des fraises Tagada… C’est pour cela que je gardais un œil sur les contrats.    

As-tu suivi de près sa carrière et le jeu en général suite à son implication dans la scène ? As-tu toujours regardé ses matchs, ses événements ? Qui d’autre le suit dans la famille ?

J’essaie de ne rater aucun de ses matchs mêmes ceux à 3h du matin, c’est plus fort que moi de toute façon sachant qu’il joue je suis incapable de dormir. Sa mère est devenue accro et suit les matchs même toute seule quand je ne suis pas à la maison. Et si l’horaire le permet cela fait notre soirée sur le grand écran télé du salon. Son grand frère suit les matchs aussi dès qu’il peut mais ce n’est pas facile avec son métier (il est dans la restauration). Sa sœur l’encourage également et même ses grands-parents me demandent toujours comment se passent les compétitions. C’est une affaire de famille, tout le monde est heureux quand il gagne et triste quand il perd. Nous savons que chaque défaite est une blessure pour lui et on essaye alors tous de lui remonter le moral.

Maman shox ajoute : Au début, mon mari regardait les matchs sur le PC, je venais voir de temps en temps où en était le score. Après j’ai commencé à suivre les matchs importants (en Lan) avec mon mari. Maintenant, j’en suis à regarder aussi les qualifications et même à brancher le câble qui relie le PC à la télé avant que mon mari ne rentre, ou même quand il n’est pas là ! Et je regarde les commentaires sur Vakarm, et mets des « + » sur les fiches de match à ceux qui sont élogieux sur Richard ou l’équipe !

Ce qu’elle ne dit pas c’est qu’elle met surtout des « - » accompagnés de jolis commentaires vocaux bien souvent (mdr). Elle devient de plus en plus geek à l’approche de ma retraite c’est hyper cool !!

Il remporte ensuite l’ESWC en 2011 lors de son retour chez VeryGames, un titre de champion du monde. Ton fils champion du monde, ça sonne bien non ?

Oui bien sûr on est toujours fier dans ces moments-là ! D’ailleurs j’étais sur place avec son frère pour hurler dans la foule ;-), je vis toujours les matchs à fond et j’hurle de joie ou d’énervement bien souvent.

Maman shox : je lui dis souvent que je suis fière de lui.

VG à l'ESWC 2011, la meilleure équipe française de tous les temps ?

Il y a également un aspect spécial concernant Richard, il pouvait être instable par moment ou encore prendre des décisions parfois difficiles à comprendre. Par exemple, quitter ROCCAT alors qu’ils sont N°1 sur CSS pour aller sur 1.6, quitter Titan sur CS:GO qui était alors un endroit confortable et assez performant, mais aussi se faire kicker de VG puis EnVyUs pour des problèmes internes. Quel rôle as-tu joué dans ses choix tout au long de sa carrière et comment l’as-tu soutenu sur cet aspect plus personnel ?

Les choix d’un joueur comme la vie au sein d’une équipe sont totalement inconnus de l’extérieur alors bien souvent beaucoup de bêtises (je suis poli sur ce coup-là) sont dites et des rumeurs fausses sont colportées. Preuve en est que dans ta question il y a un amalgame entre 4 faits qui sont sans rapports les uns avec les autres.

Aller sur 1.6 était un rêve pour lui, à l’époque c’est un peu comme si tu jouais en ligue 1 et qu’on te propose d’aller jouer la champion's league alors forcément tu es jeune tu tentes.

Titan, c’est un tout, une déception énorme après Katowice, et un mode de vie qu’il ne supportait plus, la gaming house (il avait prévenu Jérôme dès le début qu’il ne savait pas s'il supporterait). D’ailleurs pour moi Titan a fait une erreur à l’époque de s’entêter dans ce mode de fonctionnement, ils ont perdu Richard et ont failli en perdre d’autres d’ailleurs.

Le kick de VG c’est une erreur de jeunesse, il devait avoir 16 ans et a fait sa mauvaise tête pour une histoire de marque de souris. Il le dit lui-même maintenant quand on est jeune on est un peu c.. parfois.

NV… NV c’est autre chose, si tous les autres mouvements furent vite digérés puisque choisis ou attendus, le kick de NV fut extrêmement douloureux, car totalement inattendu. De mon point de vue ce fut non seulement sale dans la manière (en pleine Lan à l’étranger) mais totalement immature de la part de l’équipe, car un vrai gâchis au vu du potentiel de l’équipe. Il y avait des problèmes dans l’organisation du jeu de l’équipe qui ne fonctionnait plus aussi bien et certains ont refusé de modifier leur manière de faire. Mais peu importe les problèmes, si on veut les résoudre il faut s’asseoir et discuter entre adultes pour tenter de les résoudre. Dans une équipe c’est comme dans une famille ou un couple ou un service d’entreprise TOUT doit passer par la communication, mais dans les équipes de CSGO il y a un déficit de ce côté-là, les joueurs sont jeunes, ont de forts égos et il n’y a pas d’adulte pour les aider à gérer ce genre de crise. Moman n’était plus là et Next était trop récent pour avoir les moyens d’intervenir, résultat on complote et on kick. J’ai découvert à cette occasion (et j’avoue avoir été sidéré) de l’absence totale de pouvoir du patron de la structure. Mike a été mis devant le fait accompli et était totalement contre cette décision et de voir cela m’a choqué, pour moi c’est le patron qui commande, pas les employés.

Dans ces moments-là tu fais ce qu’un père doit faire tu essayes d’être une épaule pour ton fils et de lui apporter tout le soutien moral que tu peux, même si tu sais que seul le temps fait passer la pilule. Mon discours était simple « c’est douloureux alors pleure laisse s’évacuer cette peine, puis transforme cette déception en motivation et en rage de vaincre pour te relever, tu les boufferas tous ! »  

Comment s’est passée la transition vers CS:GO ? As-tu cru dans le jeu dès le départ ?

J’ai toujours souvent parlé avec Richard alors oui très rapidement il m’a fait part de cet engouement pour CSGO, je suivais les courbes d’audience, la multiplication des évènements, l’accroissement des cash prize. Cela frémissait dans tous les coins et on pouvait percevoir que quelque chose était en train de se passer.

DH Winter 2014, la victoire en major

En fin 2014, il remporte la DreamHack Winter, son premier major avec LDLC. As-tu suivi la compétition de près ? Comment as-tu vécu le boost contre fnatic et cette finale de folie contre NiP ?

J’ai bien évidemment suivi l’événement, le boost restera à jamais un des moments forts de CSGO. Sur le coup je n’ai pas compris ce qui se passait, je pensais que Fnatic avait simplement trouvé un boost génial jusqu’à ce que je comprenne que c’était cheaté puisqu’ils voyaient la quasi-totalité de la map sans pouvoir être vus. À ce moment-là ma femme et moi on était fous de rage. Et l’autre (Olofmeister) qui se marrait comme une baleine pendant son tir au pigeon, pendant qu’on voyait l’incompréhension totale sur les visages des joueurs LDLC, cela faisait mal au cœur et j’avais une furieuse envie de péter la télé.

Le match terminé nous étions consternés puis on a pris complètement conscience qu’il y avait vraiment quelque chose d’anormal lorsqu’on a vu des spectateurs se précipiter vers les joueurs LDLC et leur montrer leurs portables, ils montraient le boost et son caractère totalement illégitime… et là c’est parti en live avec une explosion sur les réseaux sociaux (le hashtag en lien avec le boost était dans le top des hashtag Twitter un truc de fou). Je n’ai pas dormi avant 5h environ de mémoire, les informations contradictoires et diverses nous parvenaient, au-delà du scandale du boost se greffait le scandale de sa gestion en local et on sentait vraiment qu’il y avait une manière clairement différente de traiter le sujet vis-à-vis de Fnatic et LDLC. Les admins avaient demandé à LDLC de rentrer à l’hôtel alors qu’ils continuaient à parler avec Fnatic, tout le monde était dingue et les tweets commençaient à déraper dans tous les sens. Puis le lendemain avant le match on apprend que Fnatic déclare forfait. C’était un sentiment mixant la joie de voir la justice triompher et la frustration de s’être fait voler une vraie victoire. L’équipe a dû dormir 2 ou 3h je ne sais même pas comment ils ont fait pour assurer la demi sans être perturbé.

La finale contre NiP on est passé par des hauts et des bas excités comme pas possible, sur la 3ème map (Overpass) avant l’overtime ma femme, ma fille n’y croyaient plus moi je doutais, seul le frère de richard y croyait dur comme fer. Puis la délivrance si je me rappelle bien sur le round où on est CT sur le BP A. Explosion de joie, un intense plaisir, Moman qui sort un superbe spray de champ… le bonheur quoi.  

Maman shox :J’ai explosé de joie et de soulagement, crié, dansé, on a dû m’entendre dans tout le voisinage. 

L’apparition des majors a changé la donne et permis l'explosion de CS:GO, multipliant le prix des récompenses, mais aussi le nombre de compétitions ou encore les salaires des joueurs, quel regard as-tu sur cette évolution ? Le conseilles-tu financièrement ?

Évolution typique d’un marché en pleine expansion, tout prend des proportions folles quasiment de mois en mois, je ne suis pas surpris, j’ai vécu professionnellement  l’explosion des marchés financiers dans les années 80 et je voyais se reproduire le même phénomène. La spirale des cash prize, des salaires, les structures qui démarchent (à l’époque j’étais contacté par des chasseurs de têtes 2 fois par semaine de la pure folie) et font de la surenchère, l’arrivée de nouveaux acteurs plus ou moins legit qui cherchent à croquer dans le gâteau, le tout démultiplié par la présence des réseaux sociaux.

Il ne faut pas avoir peur de cela, il faut juste bien prendre la vague et surtout avoir conscience que cela peut s’arrêter du jour au lendemain il ne faut donc pas faire n’importe quoi. Cela n’a rien à voir bien sûr, mais va voir où en sont les joueurs de NBA qui ont arrêtés leurs carrières dans les années 2000 ils étaient tous millionnaires pendant leurs carrières et la grande majorité sont …ruinés maintenant quel gâchis !

Alors oui il faut gérer ses revenus pour ne pas avoir de mauvaises surprises si l’engouement pour le jeu vient à disparaitre, ou si une catastrophe arrive (sur une blessure grave par exemple). Donc oui j’ai essayé rapidement de conseiller Richard et de le prévenir de ce qu’il était mieux de faire pour son intérêt.   

RpK, shox et SmithZz en 2008 (avec AsP et RegnaM)

Depuis plus d’un an et demi, la France n’arrive plus à passer les poules du major malgré des changements de joueurs, etc. Quel regard as-tu sur la scène française et la mentalité globale de la scène ?

Je te vois encore venir avec ta question, tu veux parler de ce que l’on appelle l’instabilité à la Française c’est ça ?

Et bien je ne suis pas d’accord avec cette étiquette. Je ne parle pas du subtop, mais du top. Quelle équipe est stable sur ces 2 dernières années ? à part VP, AUCUNE. VP est toujours cité en exemple, mais quelle structure aurait pu supporter leur fail total 2017 pendant des mois et des mois ? Aucune. Et supposons que tu veuilles changer des joueurs chez eux tu prends qui ? Bah oui 1 voire 2 noms max (et je suis sympa).

La scène française, elle, est à mes yeux une des plus riches du monde, tu prends NV/G2 plus des gars comme Kio, Ex6, Smithzz, Maniac, Amanek, Devoduvek et il y en a d’autres et tu as déjà 16 joueurs pour t’amuser à faire des équipes, combien de pays peuvent en dire autant ?

Alors forcément quand tu as un gros vivier de joueurs tu es tenté de faire différentes combinaisons. Mais au final on ne change pas forcément plus que les autres nations. Alors pourquoi ne passe-t-on pas les poules ?

Le format : Pendant longtemps il suffisait de perdre 2 BO1 pour se faire éjecter, c’est sérieux ? Maintenant la ronde suisse c’est mieux, mais encore bien imparfait.

Le Timing : un major la semaine après une grosse Lan c’est ridicule surtout avec le rythme actuel des compétitions (il suffit de voir les finalistes du dernier major…)

Et tu vas me dire, bah oui, mais ça c’est pour tout le monde pareil, et tu auras raison, alors je rajouterai :

Le mental : certains Français perdent totalement leurs moyens dans les matches à enjeu comme ces satanées poules. Certains joueurs se liquéfient dès qu’on les fait asseoir devant un écran où il y a marqué « qualif poule Major » ils ne sont plus eux-mêmes et perdent leurs moyens. Et ça ça a le don de passablement  m’énerver, un vrai compétiteur n’a pas le droit de ressentir le stress bien au contraire !!! Le stress doit être transformé en force mentale et rage de vaincre pas en « Punaise punaise j’ai peur de mal faire … oui bah trop tard banane tu as mal fait »

La confiance mal placée : Gaffe c’est  SK, cool c’est Hellraisers … merde

D’autres facteurs qui m’échappent comme par exemple les vétos de l’époque Titan en poule, je ne les comprenais jamais (à juste titre, semble-t-il)

Après il faut prendre du recul, pour les derniers majors les teams françaises étaient soit en mode split (début 2017) soit en mode pas de bol (groupe faze Fnatic SK pour G2 en 2016) ou total fin de vie (NV 2016), le dernier Major G2 a fail certes, mais de peu (2-3) en ne rencontrant que des gros et NV a foiré sa qualif mais dans une période de totale reconstruction.

Au final ce sont surtout les équipes d’Ex6 qui ont eu une récurrence d’élimination prématurée (no hate). Le 1er vrai gros fail en major Titan 2014 Katowice (mais avec un système ultra pourri à l’époque) a tracé la voie des performances suivantes de Titan.

Je reste persuadé que NV comme G2 montreront un tout autre visage au prochain Major parce que le talent est là et forcément ça va finir par payer. Une semaine de stage commando survie, tu les remontes comme des pendules et go péter les tronches !

Je rajouterai une chose au passage que le système des majors n’est pas à la hauteur de ce qu’il est censé représenter, si on veut considérer un major comme l’ÉVÉNEMENT de l’année. Les ESL c’est autre chose, tu dois batailler 26 matchs puis t’arracher en Lan contre 11 autres équipes de haut niveau, quand tu gagnes ça veut vraiment dire quelque chose, et je ne dis pas cela parce que G2 les a gagnés c’est pareil pour la FACEIT.

Retire les skins au major et tu as un tournoi plus que bof. Il faut revoir le système assez profondément. Les idées sont diverses et multiples, mais la première idée directrice est d’en faire un VRAI évènement. En vrac : rallonger la période de la lan pour permettre un vrai show en faisant un système où tout le monde rencontre tout le monde en BO1 puis un looser bracket, restreindre les spot Légendes aux demi-finalistes (ou finalistes), laisser 2 semaines sans compétition avant le major etc… bref en faire un rendez-vous phare annuel ou semi-annuel qui veuille dire quelque chose parce que si on ne touche à rien tout le monde va s’en désintéresser pour reporter son attention sur d’autres compétitions. Mais bon pour cela il faudrait une réelle volonté de Valve de bouger et ça ce n’est pas gagné.

Au fil du temps, as-tu remarqué une évolution dans son caractère, dans sa façon d’aborder les choses, etc.? Quel est l’impact positif et négatif de l’esport sur qui Richard est aujourd’hui ? As-t’il déjà pris la grosse tête à un moment ?

Quand tu as 20 ans et que tu es le meilleur joueur français depuis un moment et classé 3ème joueur mondial derrière GetRight et Forest tes idoles forcément tu peux avoir tendance à te balader en tongs pour éviter la compression des chevilles dans des chaussettes. Donc oui il a eu cette période dans sa jeunesse comme la plupart des joueurs dits « star », mais il a grave mûri de ce côté-là il est clairement devenu adulte. Le scoreboard il s’en tape, il ne pense qu’en résultat pour l’équipe. Ce qui n’a pas changé c’est qu’il veut que son équipe soit n°1

Cela fait tellement longtemps qu’il est sur la scène qu’on en oublie qu’il n’a plus 16 ans c’est un homme de 25 ans totalement mature maintenant. D’ailleurs tu peux regarder les interviews d’après match il n’y en a AUCUN où il tire la couverture à lui, il est toujours humble dans la victoire et sans concession dans la défaite.

Maman shox : L’impact positif de l’esport sur Richard a été, aussi incroyable que cela puisse paraitre, son ouverture sur les autres et le monde ! Jeune adolescent, Richard était de nature timide, introvertie. Depuis il parcourt le monde en avion, fait des interviews, même pour la télé, baigne dans la foule ! L’esport lui a apporté une grande confiance en lui, une ouverture sur le monde et une envie de le découvrir. Non il n’a pas la grosse tête, car ce qui lui importe par-dessus tout, c’est de gagner, c’est un compétiteur ! Il veut mener son équipe à la victoire, et se remet toujours en question lors des défaites.

VeryGames (RpK, SmithZz, krL, shox, mateOo), la première équipe française au top EU

As-tu des équipes ou joueurs favoris sur la scène en général ? Regardes-tu le jeu par plaisir ou tu suis exclusivement ton fils ?

J’adore ce jeu et je regarde d’autres matchs, j’arrive même maintenant à continuer à regarder les compétitions d’où il est éliminé.

En joueur je suis fan de GeT_RiGhT un mec tellement humain et sympa, mais aussi de Forest, Taco, Fallen, Coldzera, Pasha, JW, Pronax, Hobbit, RPK, Sixer au-delà du niveau ce sont des joueurs humainement intéressants et attachants.

En équipe NiP, VP, SK.

Bon ça va tu ne m’as pas demandé ceux que je n’aimais pas… bah oui je regarde aussi des matchs pour voir perdre certaines équipes (mdr)

Jusqu’à quel âge Richard est-il resté vivre avec vous ? Avez-vous accepté son rythme de vie ? As-tu vu un changement dans sa façon d’aborder son métier quand il a quitté le foyer ?

Compte tenu de son emploi du temps et des nombreuses Lan la maison a depuis longtemps été son havre de paix épisodique. Mais il a définitivement pris ses quartiers ailleurs depuis un peu plus d’un an au grand dam de sa maman (bah oui toujours difficile de voir partir le petit dernier). Mais on le sent totalement bien dans sa peau et sa vie donc on est heureux pour lui. Difficile de dire si cela a impliqué un changement dans sa façon d’aborder son métier, je pense que c’est plutôt à lui qu’il faut poser la question.

Maman shox : Oui ç’a été un déchirement de le voir partir, surtout si loin ! Mais je sens qu’il a trouvé son équilibre, qu’il est heureux, cela ne peut que rejaillir positivement sur son métier.

L’aspect familial semble être important pour Richard, chaque année nous avons droit à une jolie photo de vos parties de pêche notamment :D penses-tu que le confort familial l’a aidé dans sa carrière ? Et as-tu déjà vu des problèmes “IRL” influer sur son niveau de jeu et sa carrière en général ?

Je confirme que l’aspect familial est extrêmement important pour Richard ! Je pense qu’au-delà du confort familial c’est de se sentir soutenu et épaulé dans sa passion qui l’a aidé.

J’avoue n’en avoir jamais vraiment parlé avec lui, mais je pense qu’en effet dans certaines périodes plus délicates pour lui comme en rencontre chaque être humain cela a pu générer des perturbations dans son niveau ou influencer certaines décisions. Mais surtout dans son début de carrière, ce qui est normal puisqu’il était très jeune.

Maman shox : Il a besoin de se ressourcer en famille, la dernière partie de pêche en août était encore mémorable ! Ce sont des parenthèses de bonheur simple, entre retour à la nature et fou riche en famille, qui sont je pense, nécessaires dans une vie trépidante et stressante parfois, comme la sienne. Je pense qu’il a besoin aussi de partager ses joies ou ses doutes avec nous, comme nous en avons besoin aussi, et comme le témoignent nos sms ou nos conversations téléphoniques fréquents.

Shox et son frère durant une activité qu'il apprécie : la pêche.

En tant que famille, comment gérez-vous toutes les critiques, harcèlements, autres menaces que peut subir votre fils sur internet, notamment avec les gens qui parient sur ses matchs ?

Les gens qui parient sur des matchs m’indifférent totalement, ils insultent et le lendemain ou même une heure après portent le joueur aux nues, ils fonctionnent au gré de leurs gains/pertes et d’ailleurs ils sont de moins en moins nombreux à s’exprimer et honnêtement tout le monde s’en tape.

Il en va différemment des « nauséabonds», j’appelle comme cela les gens qui ne viennent sur les forums que pour déverser leur haine au travers d’insultes et de colportage de désinformation dans le seul but de rabaisser, de blesser, voire d’humilier. Ce sont des cafards qui ne se complaisent que dans le liquide putride qui suinte des décharges municipales par temps de forte chaleur. On ne peut pas leur donner l’excuse d’être des mômes puisqu’il y a des adultes aussi parmi eux.

Le phénomène est apparu (il est peut-être apparu avant, mais je ne suivais pas la scène) avec Fifflaren, puis  Maniac a eu droit à une sacrée dose, ce fut alors le tour d’Ex6 et plus récemment de Smithzz. On ne parle plus d’une insulte dans un commentaire de match là, mais d’une vaste opération d’humiliation et de harcèlement sur des semaines/mois. Dans ces moments-là, le rôle des modérateurs de forum est très compliqué et extrêmement difficile. J’en profite pour leur rappeler que par la loi ils sont responsables de ce qui est mentionné dans leur forum et les principaux sites du jeu n’ont à mon sens pas été à la hauteur en certaines occasions, à leur décharge les sites sont vite débordés dans ce type de situation, mais les sites professionnels ne sont pas excusables, et j’avoue qu’en certaines occasions si cela avait été mon fils le centre de ces saloperies j’aurais contacté mon avocat.

Après il y a aussi les « mous de la tronche » (oui j’adore les surnoms) qui croient tout savoir sur tout et qui ont les solutions pour tout et en profitent pour insulter le joueur et tous ceux qui ne sont pas de leur avis. Mais ils sont rares heureusement, il y en a un qui est constamment sur le dos de shox sur un site concurrent à vous, j’adore quand cet ahuri me rétorque « tu te prends pour qui tu ne sais rien et tu la ramènes moi je te dis que shox est ceci shox est cela, etc… » alors je me marre derrière mon écran en pensant « tu as raison dans le fond tu connais mieux shox que moi… bouffon ».

Par contre la majorité silencieuse prend du poil de la bête depuis quelques semaines et vient soutenir les joueurs et les encourager et ça c’est bien cool.

Maman shox : je ne veux pas les regarder et lui conseille de ne pas le faire !        

Il arrive de le voir à la télé dans divers reportages sur l’esport, ce média un peu plus mainstream, Richard a notamment fait plusieurs émissions. Que penses-tu de cette médiatisation ? Et aussi, que penses-tu de l’esport en france ? On est un peu en retard non ?

La médiatisation de l’esport à la télévision est intéressante au sens où toute publicité pour notre jeu fétiche est bonne à prendre. Mais il faut bien choisir et faire très attention de ne pas tomber dans le piège que les médias tendent, car ses derniers sont parfois prompts à véhiculer une image négative des jeux vidéo.

On sent qu’il y a un bon frémissement en France avec de nombreuses initiatives d’acteurs divers et variés depuis presque 2 ans (ce qui montre le retard), loi numérique, apparition d’émission, colloques sur le sujet, articles dans des médias phares du sport comme l’Equipe, les studios ESL à Paris, la DreamHack à Tours, etc … Mais le chemin est encore très long à parcourir pour faire évoluer les mentalités (syndrome français), le récent article de l’ avocat spécialiste du droit du sport et du football publié  sur le "blog" du Huffington Post, truffé d’idées reçues et de clichés préhistoriques est à ce titre très révélateur (très belle réponse de Flickshot et SekYo au passage). Ce chemin est encore plus long pour CSGO évidement puisque les termes Terro ContreTerro bombe sont un frein en France à une vraie exposition médiatique (d’autres pays encore plus durement touchés par le fléau du terrorisme n’ont pourtant pas ce blocage). Le « Mac shox » n’est pas près d’exister pourtant celui de GetRight existe depuis des années en Suède. Alors chez nous on met en avant des clowneries comme Clash pour parler d’esport (sic). Mais je ne perds pas espoir car on sent que cela pousse de tous les côtés, et puis maintenant que l’esport draine un énorme potentiel financier cela va forcément s’accélérer … il ne reste plus qu’aux jeunes à prendre le pouvoir des instances décisionnelles pour faire définitivement basculer la balance du bon côté. ;-) 

#G2WIN

Avec ton point de vue un peu différent et pour l’avoir vécu de l’autre côté, quel message ferais-tu passer aux jeunes joueurs souhaitant s’investir dans l’esport pour qu’ils puissent gérer cela avec leurs parents ?

C’est très simple bosse tes études, soit bon à l’école et cela te donnera toutes les cartes pour négocier tout ce qui se passe à côté. Implique tes parents dans ta passion, montre leur ce que représente vraiment le monde de l’esport et les opportunités que cela peut offrir. À un moment donné mets toi à la place de tes parents et réfléchis, si tu vois ton gamin ne pas être assidu en cours avoir des mauvaises notes et passer son temps sur l’ordi jusqu’à plus d’heures pour se lever crevé, tu crois que ça va leur donner envie de t’inciter à continuer comme ça ???

En plus, mets-toi dans la tête deux choses : ce n’est pas parce qu’on passe son temps sur l’ordi qu’on est bon, devenir professionnel c’est beaucoup plus que ça et cela sera de plus en plus dur à l’avenir, et toute carrière a une fin donc il faut aussi penser à l’après (encore un facteur qui rassurera les parents).

A l’inverse, si des parents de joueurs nous lisent, que leur conseillerais-tu de faire pour leur enfant ?

J’ai toujours été de ceux qui pensent qu’il faut laisser ses enfants tenter de réaliser leurs rêves, mais qu’il y a une condition première à cela, que l’enfant prouve que c’est une véritable passion et qu’il est prêt à tout pour réussir c’est-à-dire à faire des sacrifices, sinon il n’aura pas la force mentale pour faire face aux épreuves qui surviendront forcément. Être intransigeant sur les études bien sûr, et être suffisamment intéressé par ce qu’il fait et son monde pour arriver à se faire une opinion de son niveau, s’il n’a pas un bon niveau sur un jeu donné mieux vaut choisir une autre voie.    

De quel moment es-tu le plus fier durant toute sa carrière jusqu’à présent ?

Très difficile de répondre à cette question, et je vais peut-être te surprendre, mais ce n’est pas un titre particulier qui me rend fier, mais son évolution au fil du temps, passer d’un jeune chien fou qui ne s’occupe que de son aim à un capitaine d’une équipe phare qui s’implique dans chaque instant de la vie de son équipe pour qu’elle fonctionne du mieux possible c’est beau et je suis fier de cette évolution.

Dans quel autre métier aurais-tu vu shox évoluer s’il n’était pas devenu joueur professionnel de jeu vidéo ?

Pour être honnête, on n’a pas trop eu le temps de l’imaginer ailleurs puisque sa carrière s’est dessinée rapidement. Disons que je l’ai toujours imaginé dans un milieu proche des jeux vidéo et comme il a particulièrement apprécié le monde de l’évènementiel un métier en lien avec les deux univers aurait été l’évolution logique. 

Maman shox : Si Richard n’était pas devenu joueur professionnel, j’aurais souhaité tout simplement qu’il fasse le métier dont il rêvait : il voulait être dans l’évènementiel et je pense que cela lui aurait également très bien correspondu. Ou alors comme je lui dis souvent, il pourrait faire carrière dans le mannequinat (lol) ce qui l’amuse beaucoup.

Comment imagines-tu le futur de Richard ?

J’ai la certitude qu’il continuera dans ce milieu de l’esport bien entendu, mais de quelle manière, je ne sais pas. Je lui ai toujours dit qu’il ne fallait donner aucune limite à ses ambitions et ses rêves le principal étant de parvenir à allier sa passion et la faculté à permettre à sa famille de vivre convenablement. Alors tout est possible, coach, ambassadeur dans l’événementiel, pourquoi pas créer sa propre structure ou je ne sais quoi encore. Il a de l’allure et sait se tenir et parler devant une caméra (clin d’œil à Canal Esport club) alors pourquoi pas également le futur présentateur star des émissions consacrées à l’esport dans les années 2030/40 qui sait ? Il faut savoir ne donner aucune limite à ses rêves quels qu’ils soient le principal à mes yeux est qu’il soit heureux et prendre son pied dans ce qu’il fait !  

Merci à toi de nous avoir accordé cette interview, je te laisse le traditionnel mot de la fin.

Merci pour cette interview qui démontre l’évolution de notre société, qui aurait pensé il y a 10 ans que l’on puisse faire une interview avec les parents d’un joueur de jeu vidéo…

Un grand merci et un grand bravo à vous, tous les jeunes qui vous investissez dans cet univers des médias en général et de CSGO en particulier, Flickshot et Vakarm notamment, vous faites un énorme boulot sachant que pour une grande majorité vous êtes bénévoles.

Un gros mot d’encouragement aux teams françaises en général, avec NV, LDLC et bien sur G2 en fer de lance, faites-nous vibrer et ramenez des titres à la maison !

Et à tout l’univers du monde CSGO : Ptin jvous aime ! 


Vous pouvez suivre le papa de shox sur twitter @CraZyMarvelous et sa maman @kahlan40.

Un grand merci à Ragnarork et firsou pour la traduction.


neL

Créateur de flickshot.fr, journaliste et rédacteur CS depuis 2012. Fan de l'OL et amateur de MMA.